La montagne en scooter électrique

30 Juil 2019 | Actus Pink

Pink Mobility à l’assaut de la montagne en scooter électrique

Pour la 3ème année consécutive, Pink Mobility était présente sur le salon du véhicule électrique de Val d’Isère. Une occasion de gravir la montagne et ainsi de tester la robustesse et l’autonomie de nos scooters électriques, au froid et en pleine ascension : le PinkMe, nouvel arrivé dans notre gamme des équivalents 50cc, et le PinkFly, notre prochain deux-roues (eq. 125 cc). Retour sur cette expérience dépaysante (et frigorifiante).

Il est 8h, la montagne s’éveille

Alors que le soleil commençait à mordre les cimes de ses rayons déjà ardents, nous voilà partis à deux sur les routes de Val d’Isère, prêts à nous emparer de ce col, passage obligé des quelque 700 000 motards annuels à traverser ce beau village de montagne préservé : le très renommé Col de l’Iseran. Un col dont l’ascension serpente sur 900 mètres de dénivelé et une distance de 17 kilomètres, toujours ascendants avec deux faux-plats pour permettre aux valeureux cyclistes de reprendre leur souffle de façon fugace.

Du Pont Saint-Charles à la chapelle Notre-Dame de Toute Prudence

Passé le hameau du Fornet, la route sinue entre la montagne abrupte et une plaine rocailleuse plantée d’herbes folles où cohabitent des « campeurs durables » bercés par le ruissellement tumultueux de l’Isère. Après quelques poses bucoliques, nous commençons l’ascension.

Du haut de ses 9000w, le PinkFly s’élance, silencieux et puissant, batteries pleines et sans effort. La montagne est belle parsemée de touches de couleurs subtiles et sauvages. La neige, maculée des rejets polluants, ponctue la route de ses souvenirs de l’hiver passé. Le PinkMe quant à lui, entreprend la montée à la façon des écoliers : « en courant » grâce à sa vitesse 3, ardente mais plafonnée à 45km/h.

Toujours plus haut… et plus froid

Au fil des virages, la végétation se fait plus rare, le froid plus mordant malgré la présence imposante du soleil. Pas un nuage ne vient tacher le manteau bleu du ciel. Les oiseaux, frileusement restés plus bas, sont ponctuellement remplacés par le passage tonitruant de quelques gros cylindrés. La vue est imprenable ; le PinkMe poursuit, guilleret son ascension, sans effort apparent. Si la batterie du scooter électrique pompe progressivement dans ses réserves, elle ne se videra que de moitié, parvenant bon pied bon œil au niveau du Col balayé par un vent glacial.

Un cliché et puis s’en vont

Impossible de redescendre avec nos deux scooters sans avoir immortalisé la prouesse : celle d’être parvenus sans encombre, en silence et sans odeur dans cet endroit aride et sauvage perché à 2770 mètres d’altitude. Sous l’écusson de la Savoie, les passagers motorisés laissent tour à tour un autocollant de leur contrée, un message ou une image. Un souvenir. Mais personne ne s’attarde. Qu’ils aillent vers Bonneval-sur-Arc sur l’autre versant ou retourne dans la vallée avalaine, tous filent à grand renfort de gaz et d’accélération.

Descente Zéro émission

Il est 9h18 ! Le salon ouvre ses portes dans 40 minutes et nous sommes encore entre ciel et terre. Pas de temps à perdre. De ligne droite en virages à la corde, nous voilà repartis en sens inverse, jouant du frein pour récupérer une partie de l’énergie dépensée dans la montée. Transis mais heureux, nous étions au rendez-vous pour une troisième journée d’explications, de démonstrations et de promotion de notre gamme de deux-roues.


« Ensemble, faisons du bien avec du bon. »

Lire aussi

RETROUVEZ NOS DERNIèRES ACTUALITés SUR